Les « Arrachages » de César Baldaccini

Dernière mise à jour : 25 avr.

César Baldaccini, dit « César » est un sculpteur français né à Marseille en 1921 et mort à Paris en 1998. Il est classé dans le mouvement du « nouveau réalisme » issu en 1960 d’une déclaration d’un groupe d’artistes parmi lesquels Tinguely, Arman, Niki de Saint Phalle, Mimo Rottela, César et qui a été défini par l’historien d’art Pierre Restany.

Son œuvre sculpturale est marquée par ses nombreuses réalisations en métal tel que « le poisson », « la chauve souris » conservés au Musée National d’Art Moderne. Ou encore « le centaure » place Michel Debré à Paris, ou « le patineur » place Tolozan à Lyon. On ne présente plus ses compressions rentrées dans la pop culture par sa plus célèbre reproduction : celle qui est offerte à l’occasion de la cérémonie des « césars » qui récompense les meilleures réalisations cinématographique de l’année.

Des années 1950 à 1962, César réalise une série d'œuvres sur papier qu'il nomme « Arrachages ». Lors d'un court séjour à l'hôpital, confiné dans son lit, il dessine pour occuper son temps. Il expérimente avec les matériaux dont il dispose, en l'occurrence, des pansements adhésifs qu'il applique sur des feuilles de papier couvertes d'encre, puis qu'il déchire. Le ruban adhésif décollait partiellement le papier encré, laissant une "touche" allongée et tachetée caractéristique.

De par leur technique, les Arrachages restent dans l'univers de la sculpture. César ne dessine pas, à proprement parler, mais il modèle l'espace de la surface du papier. Cette recherche en deux dimensions se rapproche d’une série antérieure de sculptures : les Plaques (1959-60).

Ces sculptures étaient constituées de pièces de tôle allongées soudées ensemble dans un plan vertical. Alors que « les Plaques » recherchent la planéité à travers l'apparence tridimensionnelle, les Arrachages trouvent la profondeur dans l'apparence plate. Il ne s'agit pas d'esquisses ou d'œuvres

réalisées en vue de la sculpture, mais de tentatives véritablement originales d'aborder le pictural par le biais des méthodes de la sculpture.

Comme toute la pratique artistique de César, les Arrachages relèvent de l'expérimentation des techniques et des matériaux. Qu'il s'agisse de dilater, de comprimer, de déchirer, de souder... César développe sa propre pratique, ses propres techniques, et parvient toujours à créer quelque chose de nouveau.

« Arrachage 1961 » est dédicacé au photographe Eddy Novarro, Expositions : 2011 : Pablo Picasso Museum, Munster, Allemagne.

2015 : Staatliches Museum Schwerin, Allemagne.

Bibliographie : Uhl, Katharina (ed.), « Kaleidoskop der Moderne. Chagall, Miró, Picasso und die Avantgarde », 10. Juli bis 18. Oktober 2015, Staatliches Museum Schwerin, reproduit page 285.



12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout